L'Urgence et la Patience

L'Urgence et la Patience

Jean-Philippe Toussaint

Les Éditions de Minuit

  • 4 juillet 2012

    Lire Jean-Philippe Toussaint, ça passe ou ça casse.
    Ecrivain fétiche des fameuses Editions de Minuit au style minimaliste et à l'humour décalé.
    J'avais beaucoup aimé lire ses romans "La Salle de bain" (1985), "La Télévision" (1997, Prix Victor Rossel) et "Fuir" (2005, Prix Médicis).

    Ici, dans "L'Urgence et la Patience", il nous plonge 20 000 lieues sous l'écriture.
    Respirez !
    Ecrivain comme si vous l'étiez ! Immersion totale !
    Le livre, ce "rêve de pierre" (Baudelaire).
    Le rêve de liberté, de l'inconnu, de l'audace, du risque et du fantasme.
    La pierre solide et ferme du travail inlassable.
    L'urgence de l'impulsion, de la fougue, de la vitesse et de la fragilité. Rimbaud et Dostoïevski.


    La patience de la lenteur, la constance et l'effort. Flaubert et Kafka.
    Il FAUT lire le "Journal" de Kafka, authentique et presque maladive déclaration d'écriture pour comprendre le dur labeur de l'écrivain. Non le génie ne tombe pas du ciel !
    L'écrivain pousse sa charrue dans l'éreintante terre des mots. En serrant les dents. Souvent.
    "L'urgence est un état d'écriture qui ne s'obtient qu'au terme d'une infinie patience."
    Descente en scaphandrier dans les fonds de l'écriture.
    Respirez.
    "Il faut plonger, très profond, prendre de l'air et descendre, abandonner le monde quotidien derrière soi et descendre dans le livre en cours, comme au fond de l'océan."
    Secret intime d'écrivain : "Il faut éteindre beaucoup de vie réelle pour obtenir le concentré d'une seule page de fiction."
    La méthode Toussaint vaut bien la méthode Dunkan !
    C'est un livre sur la lecture aussi.
    Lire les fabuleux 8 000. Où comment le lecteur téméraire devient un alpiniste accompli.
    Lire "Ulysse" de Joyce, "Au-dessous du volcan" de Malcolm Lowry, "L'Homme sans qualités" de Musil ou "Le quatuor d'Alexandrie" de Durrell. Bon courage pour certains que ne citerai pas !
    Faut s'accrocher ferme. Pas peur du vertige. De la chute.
    De l'abandon.
    (Non, cherchez pas, y'a pas le livre de Dunkan dans les 8 000 !)
    Des conseils : lire Proust en commençant par la deuxième partie de "Du côté de chez Swann" en sautant "Combray" et en allant directement à "Un amour de Swann". J'approuve !
    La pente (ou la montée) semble plus douce. Descendre (ou remonter) par "Combray". Avec rappel. Aller plus haut comme dirait Tina Arena ! (Non, cherchez pas, y'a pas de livre de Tina Arena ! Non, cherchez pas, vous dis-je, même sur la morne plaine, y'a pas !)
    Lire Dostoïevski. Un autre 8 000. A couper le souffle. Paliers de décompression obligatoires. Retour sur le plancher des vaches difficile. J'approuve aussi !
    Des citations.
    "Un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous." Kafka.
    J'adore.
    "J'ai l'amour du mot, les mots ont été mes seuls amours, quelques uns." Beckett. J'adore aussi.
    Des hommages. Beckett. Jérôme Lindon le directeur emblématique des Editions de Minuit, décédé en 2001.
    Un livre qui donne envie de lire et...d'écrire...Un livre qui donne envie est toujours un bon livre !
    Pour moi, ça passe...
    Ecrire c'est "Fermer les yeux en les gardant ouverts."
    Expirez ! Remontez à la surface...