Conseils de lecture

Nous, collection Figures

collection Figures

Grasset

20,00
par (Libraire)
19 avril 2017

Question d'identité

Avez-vous déjà réfléchi à ce que vous mettiez derrière ce pronom quand vous l'utilisez? Allez-y, faites l'expérience. Alors? Vous êtes un homme/ une femme, un travailleur/ un chômeur, venu d'un ailleurs plus ou moins lointain. Vous êtes végétarien / carnivore, un être vivant/ un être humain, vous êtes enfant/ parent/ voisin/ collègue, etc. Bref, un ensemble de qualités que vous partagez avec d'autres que vous considérez comme vos semblables.
Tout ça en même temps? Non.
En prenant simplement le temps de décortiquer minutieusement tous les Nous imaginables qui se superposent sur une même personne, Tristan Garcia offre une merveilleuse réflexion sur l'identité, sur sa complexité, sa richesse et sa variabilité. Merveilleuse, parce qu'appréhendée de la sorte, il est toujours possible d'expérimenter une identité la plus inclusive possible: un Nous avec Vous.
Alors que depuis plusieurs années, les discours d'exclusion se multiplient, pour la bonne cause comme pour les plus mauvaises raisons, Tristan Garcia propose un texte d'une extrême douceur, qui rappelle que derrière chaque Autre, il y a toujours quelque chose de Nous en lui.
Merci.


La Fabrique des classiques africains
27,00
par (Libraire)
19 avril 2017

Pour qui écrit-on?

L'accès au rang de "classique"? Un sujet qui semble réservé à un public de spécialistes. Sauf que, appliqué aux auteurs africains francophones, il prend une toute autre dimension. La façon dont un auteur africain accède à la notoriété en dit long sur le sort de l'Afrique elle-même et sur les relations complexes que l'Europe entretient avec elle.

Une passionnante étude des canons en littérature, du monde culturel africain et des relations entre l'Afrique et ses anciens colons!


Les théoriciens de l'art

Talon-Hugon Carole

Presses universitaires de France

35,00
par (Libraire)
19 avril 2017

Monsieur Jourdain et la théorie de l'art

Certes, c'est un dictionnaire. Oui, il est consacré aux théoriciens de l'art. Ça semble bien parti pour ressembler à un livre réservé à des "spécialistes".

Pourtant, ne pas s'y intéresser, c'est louper une belle occasion d'en apprendre long sur l'histoire de l'idée d'art.
Vous pensez que, lorsque vous réagissez à une œuvre d'art, vous exercez votre sensibilité? Ou que c'est la preuve des connaissances que vous avez en ce domaine?
Pour une part, oui. Mais pour une large part, ce n'est que le reflet d'une certaine idée de l'art, valable là où vous vous trouvez, au moment où vous vous frottez à l'art.

Chaque fois que nous considérons qu'une œuvre n'est pas de l'art ou en est, nous utilisons un "équipement intellectuel", une "atmosphère théorique". Sans vraiment le savoir et sans véritablement connaître l'origine et le contenu de ces grilles de lecture. Ainsi, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on admet que ce qui était considéré comme de l'art au Moyen-âge ne l'est plus aujourd'hui.
Les théoriciens de l'art, publié par les PUF, c'est l'occasion de mettre en lumière tous ceux qui participent à la construction de ces grilles de lecture et d'en apprendre long sur ceux qui façonnent notre esprit à notre insu.
(En plus, l'introduction de Carole Talon-Hugon est juste formidable: passionnante!)


L'énigme des premières phrases, collection Le Courage dirigée par Charles Dantzig

collection Le Courage dirigée par Charles Dantzig

Grasset

13,00
par (Libraire)
19 avril 2017

Eloge de l'incipit

Avec beaucoup de brio, de finesse et d'humour, Laurent Nunez analyse ces premières phrases qu'on connaît par cœur mais sur lesquelles on ne s'attarde pas. Ou comment savoir quasiment tout d'un livre juste en s'immergeant dans les premiers mots d'un livre!
Que tous ceux qui préparent le bac se jettent sur L'énigme des premières phrases: une excellente façon de s'initier à l'étude intelligente et audacieuse des textes.
Pour tous les autres, régalez-vous avec les propositions audacieuses de Laurent Nunez.
Excellent moment garanti!


La femme brouillon
13,00
par (Libraire)
17 février 2017

Une femme avertie en vaut 2

Le sujet semble somme toute assez banal: l'effet de la maternité sur la vie d'une femme. Soit.
Mais cette femme est La femme brouillon.
Une femme bancale dont la maternité ne palliera pas ce qui est supposé manquer.
Une femme honnête également, pour qui enfanter est sans doute formidable, mais ne doit pas faire oublier tous les désagréments qui l'accompagnent et dont on ne parle pas.
Ce qui pourrait n'être que le journal d'une grossesse se révèle être une analyse rigoureuse, systématique et approfondie des mythes servis aux femmes s'agissant de la maternité. Des chapitres intenses et une écriture ciselée: les choses sont élégamment et clairement dites- et sont toutes dites. Amandine Dhée ne s'embarrasse pas de fausse pudeur, ne préserve aucun tabou, n'épargne aucun cliché. Douloureux et jubilatoire, comme tout ce qui est révélé par une lumière crue.
La femme brouillon peut bien être mère, ça ne changera rien à ce qu'elle est. On ne naît pas femme; on le devient. Pour autant, on n'a jamais dit qu'il fallait être parfaite et devenir mère ne le permet heureusement pas.
On s'interroge en tout cas sur la rareté de ce genre de texte et sur les réactions qu'il provoque. Le chemin est encore long.