Cinq ouvrages, cinq auteurs, cinq architectes

Cinq ouvrages, cinq auteurs, cinq architectes

Jean Bossu, une trajectoire moderne singulière, une trajectoire moderne singulière

une trajectoire moderne singulière

Éditions Du Patrimoine

25,00

Collaborateur très engagé de Le Corbusier, de Perret ou de Lurçat, Jean Bossu (1912-1983) a connu un long parcours atypique, presque autodidacte. Dans son essai introductif, Xavier Dousson rappelle les éléments biographiques marquants : son travail chez Le Corbusier et Pierre Jeanneret (1929-1933, 1936-1937), puis chez Perret ou Nelson ; mais aussi son amitié avec Gérald Hanning, Louis Miquel, Charlotte Perriand, et bien d'autres ; ou encore sa découverte de l'architecture vernaculaire de la vallée du M'zab. Sur le plan théorique, l'auteur s'attarde sur " l'autre modernité" de Bossu : de l'influence à l'émancipation, en expliquant ses positions urbaines et contextuelles précoces, ses recherches typologiques et constructives, son attention aux conditions locales d'usages ou de production. Au fil des dossiers, il présente ses premiers projets de maisons à St-Jean-de-Monts en Vendée (1944-1947), les grands chantiers de la Reconstruction, et ses exceptionnelles réalisations en Outre mer dont plusieurs sont aujourd'hui inscrites monuments historiques : divers bâtiments à La Réunion entre 1949 et 1979, le centre commercial Saint-Réparatus d'Orléansville (aujourd'hui Chlef, en Algérie), l'immeuble des Domaines d'Alger (1969-1976).
Architecte, Xavier Dousson enseigne à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-Malaquais. Il a également participé à la consultation internationale de recherche sur le " Grand Paris ".
> Une étude complète sur l'un des disciples de Le Corbusier. > Une iconographie abondante, souvent inédite, qui fait la part belle aux documents anciens. > Un texte informatif et accessible qui va à l'essentiel. > Un architecte qui inventa un usage singulier et décoratif du béton armé.


La Cité de l'Etoile à Bobigny. Candilis, Josic, Woods. Un modéle de logement social
20,00

Commandée en 1955 par Emmaüs, imaginée par les architectes Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrash Woods, la cité de l'étoile est un ensemble urbain, en Seine-Saint-Denis témoin architectural du mouvement de solidarité nationale initié par l'abbé Pierre en 1954 en faveur des plus démunis. à la suite de nombreux ouvrages concernant le logement social et l'architecture, l'histoire de la banlieue parisienne, les grands ensembles et les politiques de la ville, une telle monographie d'un quartier très bien identifié trouve logiquement sa place dans notre catalogue. Les différentes facettes de cet " objet d'histoire ", que Richard Klein et ses collaborateurs mettent en évidence dans une étude fort documentée suite à une expertise architecturale, montrent ainsi de manière attractive et très claire la particularité d'un moment important de l'histoire urbaine en France, pendant les Trente Glorieuses.
Richard Klein est architecte DPLG, docteur en histoire de l'art, professeur d'histoire de l'architecture à l'Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille, directeur du LACTH, laboratoire de recherche de l'école. Il est l'auteur de très nombreux articles et de plusieurs ouvrages traitant de l'histoire de l'architecture contemporaine parmi lesquels : Le Corbusier : le Palais des congrès de Strasbourg (2011), Dialogues sur l'invention, Roland Simounet (2005), Robert Mallet-Stevens, La villa Cavrois (2005), Hector Guimard, Robert Mallet-Stevens, villas modernes (avec la collaboration de Gilles Maury, 2004), Les années ZUP, architectures de la croissance 1960-73, (avec Gérard Monnier, 2002), Roland Simounet à l'oeuvre, architecture 1951-1996 (2000). Ses recherches actuelles portent sur les programmes de l'architecture du second XXe siècle. Carine Lelièvre, architecte DPLG, exerce à Lille. Diplômée de l'école nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille en 2007, elle a suivi le séminaire de Richard Klein " archéologie du projet " en 2005-2006. Loïc Josse, a créé en 1991 avec Patricia Martineau le Groupe d'Architecture Ellipse, qui réalise des projets urbains, qui a construit à Rennes le quartier de Beauregard, ou à Lyon les bâtiments de la Plaine africaine du parc de la Tête d'Or et les kiosques de la place Bellecour. L'agence est partenaire de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANR


Paul Nelson

Éditions Du Patrimoine

20,00

L¿¿uvre de Paul Nelson (1895-1979), architecte franco-américain, constitue l¿une des recherches les plus importantes du xxe siècle sur l¿esthétique de l¿espace moderne et la notion de confort et de bien-être dans l¿architecture. En quelques projets et réalisations importants comme la Maison suspendue (1936-1938) et l¿hôpital de Saint-Lô (1946-1967), il développe une conception fonctionnelle et humaniste de l¿espace, sans rien sacrifier de ses préoccupations sociales. Avec ses amis Braque, Hélion ou Calder, il a réfléchi à une intégration de la couleur dans des espaces fonctionnels, fluides et poétiques. Après un portfolio iconographique et une biographie synthétique, l¿auteur propose l¿étude détaillée de 6 projets majeurs.¿Cette première monographie consacrée à Paul Nelson permet d¿aborder facilement l¿¿uvre de l¿architecte, de la resituer et d¿en saisir immédiatement les temps forts.
Architecte et historien, Donato Severo, enseigne à l¿École d¿architecture de Paris-Val-de-Seine. Il est l¿auteur de plusieurs ouvrages sur la théorie et l¿histoire de l¿architecture.
> Un architecte humaniste, concepteur de l¿hôpital moderne.
> Des recherches fonctionnalistes associées à des préoccupations sociales.
> L¿ami des écrivains (Hemingway, Fitzgerald, Pound...) et des artistes (Braque, Giacometti, Léger, Hélion...).


Le château Vaissier, palais orientaliste d'un savonnier de Roubaix, 1892-1929

palais orientaliste d'un savonnier de Roubaix, 1892-1929

Picard

39,00

L’industriel Vaissier se fait construire une extraordinaire demeure orientaliste à Roubaix à la fin du XIXe siècle. L’auteur en retrace la genèse et les partis pris architecturaux afin d’en restituer toute l’originalité. De fait, le courant orientaliste marque profondément l’architecture moderne et cet ouvrage vient combler une lacune.


Histoires de gare, de dessins et de ruines, 1896-1914
27,00

Enseignant dans une école d'architecture, Jean-Louis Brahem a choisi de capter la curiosité et l'intérêt de ses élèves en traitant de cas concrets vécus par des personnages réels. Pour comprendre les sciences de la représentation - comment se représentent le sol, les édifices et les objets -, l'auteur a choisi de leur parler d'Antonin Terminal, fils d'un cheminot et dont la mère tient l'Hôtel Restaurant de la Gare, dans un petit village de Lorraine, dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale. Dès l'école, Antonin apprend les moyens de représenter le sol, les maisons et les outils. Dessinateur à la fonderie de son village, il trace et fait comprendre des moules complexes et des engrenages pour les chemins de fer. Sa rencontre avec un peintre de talent lui apportera une connaissance des techniques de représentation les plus sophistiquées. Il dessinera la future gare de son village, qui sera détruite par la guerre quelques années après avoir été construite. Enfin, lors d'une journée dramatique, il dessinera les ruines de son village...