Imaginer la démocratie autrement

Imaginer la démocratie autrement

Démocratie : n.f. - Régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple.
Vraiment? Pas si sûr et pas toujours. Quelques titres, histoire de se rappeler ce que peut être la démocratie.

Démocratie : histoire d'un mot - Naissance du discours démocratique aux Etats-Unis et en France, aux États-Unis et en France
22,00

Le mot « démocratie » est si populaire que toutes les forces politiques s'en réclament. Quelle surprise, alors, de constater que les « pères fondateurs » des « démocraties modernes » associaient cette idée au chaos, à la violence et à la tyrannie des pauvres ! Comment expliquer un tel revirement de sens ? En plongeant dans les discours du passé aux États-Unis et en France, l'auteur dévoile une étonnante aventure politique, où s'affrontent des personnalités et des forces sociales qui cherchent à contrôler les institutions des régimes fondés à la fin du XVIIIe siècle. S'appuyant sur divers pamphlets, manifestes, déclarations publiques, articles de journaux et lettres personnelles, ce récit révèle une manipulation politique par les élites, qui ont petit à petit récupéré le terme « démocratie » afin de séduire les masses. Deux siècles plus tard, alors que la planète entière semble penser que « démocratie » (le pouvoir du peuple) est synonyme de « régime électoral » (la délégation du pouvoir à un petit groupe de gouvernants), toute expérience d'un véritable pouvoir populaire (délibérations collectives sur les affaires communes) se heurte toujours au mépris des élites.


Petite histoire de l'expérimentation démocratique / tirage au sort et politique d'Athènes à nos jour, Tirage au sort et politique d'Athènes à nos jours

Tirage au sort et politique d'Athènes à nos jours

Sintomer, Yves

La Découverte

12,90

" Des "conférences de consensus" danoises au conseil de quartier lancée en 1992 dans le 20° arrondissement de Paris, du budget participatifau sondage délibératif, Yves Sintomer montre la portée de toute une "floraison d'expériences" qui pourrait "renouveler" nos démocraties fatiguées, qui risquent sinon de glisser du pouvoir du peuple à celui des people, de la communauté des citoyens aux dieux de l'Olympe méditiaco-politique. "Le Monde de L'éducation
Alors que l'idéal démocratique progresse dans le monde, les " vieilles démocraties " sont en crise. Les partis semblent de plus en plus incapables de fédérer les énergies civiques. Des expériences qui réintroduisent le tirage au sort en politique se multiplient à l'échelle internationale. Les critiques déplorent une dérive " populiste " : leurs réactions ne témoignent-elles pas plutôt d'une certaine peur de la démocratie ?
Le tirage au sort a une longue histoire politique. Il constitue l'une des dimensions, trop souvent oubliée, du gouvernement du peuple. Inventé avec la démocratie à Athènes, longtemps consubstantiel à la tradition républicaine, pourquoi a-t-il été réservé aux jurys d'assises après les révolutions française et américaine ? Pourquoi fait-il son retour aujourd'hui, et quelle peut être sa légitimité dans le monde contemporain ? À quelles conditions peut-il contribuer à rénover la démocratie, à la rendre plus participative et plus délibérative ? Les mini-publics tirés au sort peuvent-ils s'articuler aux mouvements sociaux ? Une comparaison historique fait-elle sens ?
Yves Sintomer montre dans ce livre incisif que des logiques politiques nouvelles sont en train d'émerger. La démocratie des modernes, qui se pensait seulement à travers l'élection, laisse la place à des dynamiques plus complexes. Si la politique retrouvait sa crédibilité, ne pourrait-elle pas regagner du poids face aux forces du marché et aux pesanteurs bureaucratiques ? Face à un statu quo intenable, plus que jamais, il devient urgent d'expérimenter.


Démocratie antique et démocratie moderne
8,65

En quoi la démocratie athénienne nous concerne-t-elle aujourd'hui ?
Telle est la question à laquelle répond ce livre remarquablement clair, qui traite dans un premier chapitre de l'apathie et de l'activisme en Grèce et dans nos sociétés , dans un deuxième chapitre du mot fameux de Charles Wilson : « Ce qui est bon pour les États-Unis est bon pour la General Motors et vice versa », et dans un troisième chapitre de la liberté et du procès de Socrate.


La piraterie dans l'âme / essai sur la démocratie

Curnier, Jean-Paul

Nouvelles éditions Lignes

19,00

Démocratie et piraterie : pourquoi un tel rapprochement ? On aurait plutôt tendance à penser que la piraterie, monde des hors-la-loi, du crime et du pillage, est à l’exact opposé de la démocratie qui incarnerait, elle, le triomphe du droit. Que font donc ici associés les représentants respectifs de la morale et de l’immoralité ?

On savait, depuis quelque temps déjà et par les historiens, qu’au xviiie siècle, époque de son apogée aux îles Caraïbes, la piraterie se dotait d’une forme d’organisation assez exemplaire de ce que nous mettons sous le mot démocratie. Ce seul point méritait que l’on réfléchisse plus avant sur le sens d’un emprunt aussi inattendu. Il fallait donc aller chercher plus loin la nature de cette association que dans la seule motivation des pirates : non plus du côté de la piraterie mais du côté de la démocratie cette fois-ci, de son histoire et de sa nature profonde.
L’argument qu’avance ce livre procède d’un renversement complet de nos habitudes de penser. Il tient en ceci : si la piraterie s’est faite si spontanément démocratique, c’est en réalité parce que c’est la démocratie qui a, en son essence, à voir avec la piraterie, avec la prédation et l’extorsion, et non l’inverse. C’est parce qu’elle a, en quelque sorte, la piraterie dans l’âme. Et cela, depuis ses origines jusqu’à nos jours.


Carbon Democracy

Mitchell, Timothy

La Découverte

13,00

Ceci est un « livre à thèse », une thèse forte et iconoclaste, qui déplace radicalement notre vision de l’histoire du XXe siècle : les contours et les transformations des régimes politiques dits « démocratiques » ont été largement déterminés par les propriétés géophysiques des principales énergies carbonées, le charbon d’abord, puis le pétrole.
Ainsi, la pesanteur du charbon, la nécessité de l’extraire des mines puis de le charger dans des convois, etc. ont donné à ses producteurs un pouvoir considérable ; en utilisant la menace d’en interrompre les flux, ils créèrent syndicats et partis de masse, à l’origine des premières démocraties de l’ère moderne. En face, les classes dominantes ont cherché à organiser la transition énergétique à l’échelle mondiale. En effet, grâce à sa fluidité, sa légèreté et son exceptionnelle concentration en énergie, le pétrole permettait de contourner les réseaux et pouvoirs anciens.
Un autre régime s’est ainsi progressivement mis en place, dans lequel la vie politique s’est retrouvée anémiée, la paix sociale et la prospérité des « démocraties » occidentales ont reposé sur l’autoritarisme moyen-oriental, et où la croissance illimitée s’est transformée en religion. Aujourd’hui, ce système est au bord de l’effondrement et nous pose une question cruciale : comment les énergies postpétrole pourront-elles donner naissance à des régimes réellement démocratiques ?