La résidence d'écriture Sciences Po Lille x Librairie Meura// Conseils de lecture de Roberto Ferrucci à destination des participants aux ateliers.

La résidence d'écriture Sciences Po Lille x Librairie Meura// Conseils de lecture de Roberto Ferrucci à destination des participants aux ateliers.

Ce dossier regroupera les livres dont la lecture est vivement recommandée pour nourrir la réflexion sur le travail d'écriture. Il ne s'agit pas tant de fournir des "manuels d'écriture" que d'amener les étudiants participant aux ateliers d'écriture à se souvenir qu'on ne peut écrire sans lire.
Vous trouverez également référencés ici les livres de Roberto Ferrucci : autant en savoir plus sur celui qui va vous accompagner pendant plusieurs semaines.

  • La résidence d'écriture Sciences Po Lille x Librairie Meura// Conseils de lecture de Roberto Ferrucci à destination des participants aux ateliers.
Autoportrait (à l'étranger)
7,00

À chaque fois que je voyage m’étreint une très légère angoisse au moment du départ, angoisse parfois teintée d’un doux frisson d’exaltation. Car je sais qu’aux voyages s’associe toujours la possibilité de la mort — ou du sexe (éventualités hautement improbables évidemment, mais néanmoins jamais tout à fait à exclure).
"L’anecdote réelle se métamorphose ainsi en épisode romanesque, où l’antihéros réfléchit l’image de l’auteur, ses doutes et ses errements. Une pépite de peu de pages, art poétique de l’écrivain en voyage." (Antoine de Gaudemar, Libération)
Nouvelle édition augmentée d’une préface et d’un inédit de l’auteur (Le Mans) qui évoque un week-end aux 24 Heures du Mans en compagnie de Jeff Koons.


Kiruna

La Contre Allée

12,00

Sur le mode des grands reportages
Dotée d’une carte blanche dans le cadre des résidences « Mineurs d’un autre monde », Maylis de Kerangal prend un vol à destination de Kiruna et nous emmène en Laponie suédoise. Sur le mode du reportage littéraire, elle nous invite à la découverte de l’une des plus grandes exploitations minières encore en activité.

Une approche kaléidoscopique
Nous suivons l’auteure dans son exploration des lieux au fil de chapitres courts, à travers lesquelles elle nous livre autant de points de vue que d’informations pour appréhender Kiruna dans ses multiples dimensions : historique, urbanistique, économique, politique, géographique et humaine. Mais surtout, au fil de ses recherches et de ses rencontres, se dresse le portrait sensible d’hommes et plus particulièrement de femmes qui ont marqué l’histoire des lieux, manifestant ainsi l’importance de leurs luttes pour obtenir considération, reconnaissance et autorité au sein de cette industrie minière.


Beyrouth 2020, Journal d'un effondrement

Journal d'un effondrement

Majdalani, Charif

Actes Sud

16,80

Au début de l’été 2020, dans un Liban ruiné par la crise économique et par l’inflation, dans un Beyrouth épuisé qui se soulève pour une vraie démocratie alors que le monde est pétrifié par le coronavirus, Charif Majdalani entreprend l’écriture d’un journal. Il entend témoigner de cette période terrible et déroutante, la confronter à son expérience, à ses réflexions et à ses émotions – peut-être aussi espère-t-il la supporter grâce à l’écriture.

Cette chronique de l’étouffement et de l’effondrement se trouve percutée le 4 août par l’explosion dans le port de la ville de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium. Dès lors, elle devient le témoignage de la catastrophe et du sursaut, le portrait d’une cité stupéfiée par la violence de sa propre histoire, le récit de “destins jetés aux vents”.


Et enfin septembre arriva

Tabucchi, Antonio

Chandeigne

11,00

L'Occupation des sols
4,20

« Ce petit livre, tout frais sorti de la machine à écrire de Jean Echenoz, est, n'ayons pas peur des mots, une petite merveille. [...] Cela raconte l'histoire d'un homme et de son fils dont la seule image de l'épouse et mère défunte qu'ils peuvent contempler est peinte sur un immeuble dans un quartier en rénovation. On est ébloui par l'inspiration, par le style, par la cocasserie, par l'impressionnante efficacité narrative d'Echenoz. Si quelqu'un vous propose d'échanger 90 % des romans français publiés depuis un an contre ces seize pages-là, n'hésitez pas, acceptez, c'est une bonne affaire ! » (Pierre Lepape, Le Monde)