Miroirs des passantes dans le songe
EAN13
9782847618761
ISBN
978-2-84761-876-1
Éditeur
Al Dante
Date de publication
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
194 g
Langue
français
Langue d'origine
arabe
Code dewey
841
Fiches UNIMARC
S'identifier

Miroirs des passantes dans le songe

De

Traduit par

Al Dante

Offres

Joumana Haddad propose de libérer la civilisation arabe par le corps. Elle se bat, à travers son écriture, pour plus de liberté individuelle, et pour une complète libération des mœurs. Elle le fait avec courage, affirmant sans une once de culpabilité, être bien dans sa peau de femme libre, malgré les intégristes de tous bords, malgré l'hypocrisie des uns, la lâcheté des autres, et les menaces de certains. Dans Miroirs des passantes dans le songe, Joumana Haddad convoque des poétesses qui se sont suicidées, des femmes qui ont joué leur peau en poésie, tout en se sentant, dans leur quotidien formaté, prisonnières de leur corps de femme. Elle les convoque en « amie », sœurs de combat venant de tous les pays (Venezuela, Argentine, Suède, France, Allemagne, Italie, Portugal…) pour porter sa parole hors de la contextualisation arabe, bien au-delà des frontières, quelles qu'elles soient. Ainsi s'adresse-t-elle, du Liban, au monde entier. Dans ce livre, l'auteure mêle sensualité et dureté, forge une écriture qui prend corps dans toute sa crudité et sa générosité. Joumana Haddad est responsable des pages culturelles du quotidien libanais An Nahar. Livre traduit de l'arabe par Antoine Jockey.

Joumana Haddad a reçu le prix littéraire arabe Metropolis Bleu 2010 qui lui sera remis lors de la 12e édition du Festival littéraire international de Montréal (du 21 au 25 avril 2010).

Joumana Haddad est responsable des pages culturelles du quotidien libanais An Nahar. Elle est par ailleurs administratrice du Booker Arabe (prix littéraire récompensant chaque année un roman arabe) et la rédactrice en chef de Jasad, revue en langue arabe spécialisée dans la littérature et les arts. Elle est considérée comme faisant partie de l'avant-garde de l'intelligentsia progressiste de Beyrouth. Elle est d'ailleurs régulièrement insultée, voire menacée.

Divers rendez-vous autour du livre sont prévus en présence de l'auteur : à Paris, à Sète, à Marseille.

Le traducteur de ce livre Antoine Jockey (lui-même libanais et critique littéraire dans les principaux quotidiens progressistes du Liban) est un traducteur reconnu, médiateur du festival "Les Voix de la Méditerranées" et qui a traduit récemment, en Belgique, une importante anthologie de poésie palestinienne (éditions du Taillis Pré, 2008)
S'identifier pour envoyer des commentaires.