Proust avant Proust, Essai sur Les Plaisirs et les Jours
1 autre image
EAN13
9782251449395
ISBN
978-2-251-44939-5
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Nombre de pages
192
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
260 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Proust avant Proust

Essai sur Les Plaisirs et les Jours

Les Belles Lettres

Offres

Cet essai sur Les Plaisirs et les Jours, resté inédit depuis le milieu des années 1950, étonnera les amateurs de Proust, et même les plus érudits, par la nouveauté des vues exposées ici d’une plume alerte.
Deuxième partie d’une grande enquête menée sur l’évolution créatrice de Marcel Proust, cet essai sur Les Plaisirs et les Jours, resté inédit depuis le milieu des années 1950, étonnera les amateurs de Proust, et même les plus érudits, par la nouveauté des vues exposées ici d’une plume alerte. C’est que Bernard de Fallois, qui a pu avoir accès à des documents alors inconnus, en même temps qu’il exhume deux œuvres laissées inédites, Jean Santeuil et Contre Sainte-Beuve, reconstitue le contexte de cette apparente mosaïque de textes, publiée par l’écrivain en herbe sous le titre Les Plaisirs et les Jours. Cet étrange ensemble, complété par quelques documents inédits, fait entendre un tout autre langage : la logique sous-jacente de ce moment de vie et de cette étape dans l’apprentissage de l’homme de Lettres, apparaît dans une nouvelle et surprenante perspective. Le moment de vie, c’est la psychologie de l’homosexualité, approchée par Proust avec une finesse qui ne surprendra plus aujourd’hui mais qui était alors totalement nouvelle. L’étape d’écriture, c’est cet objet littéraire faussement disparate, où se cherchent des interrogations créatrices tout à fait cohérentes : on y voit naître bien des ressources de la future Recherche du temps perdu.
Fallois mène son enquête avec élégance. On retrouve cette distinction dans son style, précis, débarrassé de toutes les scories doctorales car l'agrégé de lettres plonge dans le texte en l' éclairant systématiquement par la biographie.
Although Bernard de Fallois described Les Plaisirs et les Jours as “lost time without the Search”, the essay that he devoted to this collection of short stories in no sense establishes it as an incomplete or minor work. In retracing Proust’s creative development, the author underscores the continuity apparent in all of his writings, while avoiding any form of binarism or prioritization. The novel character of the views in this essay written in the mid-1950s, combined with his lively writing style, will startle Proust enthusiasts and most erudite readers alike. Bernard de Fallois recreates the author’s social and personal contexts at the time when the latter was writing Les Plaisirs et les jours, supplementing this backdrop with several previously unpublished documents. Proust broaches the psychology of homosexuality with surprising delicacy. Yet what de Fallois brings to light most is the literary scope of this compilation of deceptively disparate texts. The style foreshadows the Proustian language. The fragmented structure, not yet as accomplished as that of À la Recherche du temps perdu, already suggests a powerful principle of unity. The characters and themes echo from one short story to the next, hinting of all of the talent that will come to fruition in his later novels.
Bernard de Fallois (1926-2018) was the discoverer of Marcel Proust’s works, Jean Santeuil and Contre Sainte-Beuve. After gaining permission to consult the writer’s archives, he finalized this as yet unpublished essay on Les Plaisirs et les Jours. He turned to publishing in the early 1960s. As the Director of Le Livre de Poche, he guided the fate of Groupe Livre/Hachette (1968-1975), followed by that of Presses de la Cité (1975-1987), after which he founded the publishing house that bears his name.

Luc Fraisse, an author and literary commentator on the work of Proust, is a professor at Université de Strasbourg and a member of Institut universitaire de France. He also directed the publication of
Sept conférences sur Marcel Proust by Bernard de Fallois (Éditions de Fallois), 2019.
Ces volumes posthumes frappent par la limpidité et l’élégance de leur langage : aucun jargon critique, aucun brouillard théorique ne vient alourdir un propos dont le seul but est de rendre au lecteur l’accès à la Recherche plus facile et d’augmenter l’intelligence et le plaisir qu’il peut en tirer.
Bernard de Fallois avait découvert le premier, à vingt ans, des inédits de Proust. Il en fut le plus fin des analystes dans des écrits posthumes.
S'identifier pour envoyer des commentaires.