De l'écriture mélancolique, Kleist, Stifter, Foster wallace
EAN13
9782749268057
ISBN
978-2-7492-6805-7
Éditeur
Erès
Collection
Point hors ligne
Nombre de pages
248
Dimensions
22 x 14 x 1 cm
Poids
364 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

De l'écriture mélancolique

Kleist, Stifter, Foster wallace

Erès

Point hors ligne

Offres

Pourquoi tant d’écrivains mélancoliques se sont-ils suicidés, alors qu’ils étaient déjà célèbres et en train d’écrire leurs œuvres les plus prometteuses ? Franz Kaltenbeck montre comment l’écriture est devenue mortelle en elle-même pour des auteurs comme Kleist, Stifter, Nerval, Celan, Foster Wallace. Alors que l’écriture d’une œuvre peut protéger son auteur de la folie comme Lacan l’a montré pour Joyce, certains au contraire en meurent. C’est à résoudre cette contradiction que s’attache Franz Kaltenbeck en lisant des écrivains célèbres des XIXe, XXe et XXIe siècles, diagnostiqués comme mélancoliques. Il les considère comme des puits de savoir sur leur mélancolie, longuement décrite à travers leurs fictions. S’appuyant sur sa solide connaissance du texte freudien, il en tire des idées nouvelles grâce à un récit de Kafka. On comprend, à le suivre, que ce qui a d’abord résisté à la mélancolie chez ces auteurs a subi par la suite une défaite mortelle. L’écrivain américain David Foster Wallace met particulièrement ce phénomène en évidence : il dit qu’une catastrophe, qu’il identifie de loin sans pouvoir la maîtriser et la transformer par l’écriture, l’attend au tournant comme les tornades sauvages de son enfance dans le Midwest. À l’instar de Kleist, Stifter, Nerval, Celan avant lui, il s’est suicidé au sommet de son art.
S'identifier pour envoyer des commentaires.