De la démocratie dans les sciences, Épistémologie, éthique et pluralisme
EAN13
9782919694327
ISBN
978-2-919694-32-7
Éditeur
Editions Matériologiques
Date de publication
Nombre de pages
361
Dimensions
24 x 17 cm
Poids
500 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

De la démocratie dans les sciences

Épistémologie, éthique et pluralisme

De

Préface de

Postface de

Editions Matériologiques

Offres

Sans répit, nous assistons aux collusions fatales entre certaines façons de faire de la science et les industries ou les États soumis aux règles d’airain du profit. Cette science dévoyée, abandonnant l’idée d’une exploration du monde pour l’honneur de la connaissance, tend à remplacer dans les têtes comme dans les instances de décision une science éthiquement responsable. Cette situation ne peut que s’aggraver, si l’on n’y prend pas garde et si l’on ne se munit pas d’outils idoines pour y faire face. Issues de la science fondamentale ou dûment inventées pour des buts précis, les techniques les plus bouleversantes, anthropologiquement parlant, sont déjà présentes ou susceptibles d’être mises au point dans quelques années. Ces techniques sont là tandis que les moyens d’en comprendre tous les tenants et aboutissements et de les circonscrire sont sous-développés.L’ouvrage de Léo Coutellec se veut une contribution pour repenser les rapports entre sciences et éthiques, et ainsi avancer vers ce qu’il appelle une « démocratie épistémique ». En démontrant l’insoutenabilité d’une science contre l’Homme, la visée est de réunir-sans-unifier ce qui, dans la science, est de l’ordre de l’épistémique, du technique et de l’éthique. Pour ce faire, l’auteur procède par étapes, travaillant préalablement et en profondeur sur deux espaces  : épistémologique et éthique. Il ne saurait être question de la fin de l’épistémologie mais de la nécessité de son renouvellement. Celui-ci passera, et il s’agit là de la thèse principale de cet ouvrage, par de nouveaux rapports avec l’éthique. L’auteur donne à cette thèse le nom d’« intégrité épistémique et éthique des sciences ». En épistémologie, il s’agit d’identifier et de reconnaître la matérialité plurielle constitutive des sciences.Avec l’hypothèse d’un « pluralisme épistémique ordonné et cohérent », Léo Coutellec démontre que la pensée épistémologique associée aux sciences et aux techniques contemporaines ne se résume pas à une opposition entre positivisme et relativisme. En éthique, l’auteur cherche à construire un espace autonome et un mode d’intervention spécifique, appelé « générique », pour engager l’éthique aux côtés des sciences dans un rapport de coopération constructif. Ces hypothèses théoriques sont mises à contribution pour éclairer d’une façon nouvelle la question des organismes génétiquement modifiés et, en particulier, celle des poissons génétiquement modifiés.
S'identifier pour envoyer des commentaires.