Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Pour voix féminines

Christian Bourgois

22,50
28 mai 2021

Chant des plaines est une complainte. Celle de trois générations de femmes vivant dans le rural Nebraska dont était originaire Wright Morris. Au début du siècle dernier, la toute jeune Cora quitte ses terres natales pour suivre son mari dans cet état rude du Midwest. Cette femme froide et dure à la tache, première de cette lignée de paysans qui ne met au monde que des filles, y passera le restant de sa vie partageant ses journées entre les tâches ménagères, les travaux agricoles et l'éducation honnête de deux filles (dont une n'est pas la sienne) mais sans affection particulière, sans démonstration d'amour maternel, avec le même détachement que Wright Morris dans son écriture. Ses deux filles prendront des directions différentes, Madge restera attachée à sa terre tandis que Sharon Rose quittera le domaine pour Chicago et assumera complètement son indépendance et son départ malgré son attachement à sa soeur mais aussi à cette campagne ingrate qu'elle portera malgré elle toujours en elle.
Chant des plaines est un roman rural, aride, un roman en noir et blanc qui dit tout du changement du monde en un siècle à peine, ce monde révolu dont l'auteur souhaitait ardemment garder la trace par ses mots âpres qui racontent le quotidien ordinaire des hommes et des femmes de la campagne à travers les objets les plus simples : un tapis élimé, une veste suspendue, une bouilloire, un panier à oeufs,...Ces objets que l'on retrouve également avec émotion (surtout quand on a lu le roman) dans ses photos car Wright Morris fut aussi un immense photographe. A découvrir absolument L'essence du visible Wright Morris Editons Xavier Barral

Virginie Barreteau

Incultedermarge

16,90
30 avril 2021

Garder la trace de vies anonymes….

Derrière la magnifique couverture de Ceux des marais, il y a des vies rudes et misérables dans des habitations isolées et désolées reliées les unes aux autres par les méandres des marais sillonnés chaque jour par le médecin qui rend visite en barque à cette population du bout du monde. En même temps qu’il panse les plaies et guérit les corps fatigués, cet étrange docteur sonde les âmes tourmentées en photographiant ses patients comme si le flash de son appareil photo et les pellicules développées pouvaient lui révéler un peu plus ce qui se cache derrière les regards. C’est dans ces centaines d’images qu’il trouvera la réponse à la disparition mystérieuse de Pacot, un habitant des Marais. Valérie Barreteau signe un texte d’une beauté brute, crue dans l’atmosphère lourde des eaux languissantes qui n’est pas sans rappeler l’ambiance pesante du très beau « Des carpes et des muets » d’Edith Masson (Editions du Sonneur). Un roman qui donne envie de se plonger dans les photos de Sabine Weiss, Raymond Depardon ou Whright Morris.

Fabio ANDINA

Zoé

21,00
30 avril 2021

Ralentir...

Il est des endroits que la fureur du monde n’atteint pas. Situé dans les Alpes Tessinoises, sauvage massif enchâssé entre la Suisse et l’Italie, Léontica fait partie de ces lieux où le temps arrête sa course. C’est dans ce village, émergé de la roche et des forêts que Le Felice, nonagénaire taiseux, mène une vie d’ascète. Chaque matin, par tous les temps, bien avant l’aube, il quitte le village, s’engage dans la pinède et grimpe vers les sommets. D’aucuns disent qu’il va s’immerger dans la Gouille, piscine naturelle à flanc de roche. Piqué par la curiosité, son voisin plus jeune et narrateur de ce récit, décide d’accompagner le vieil homme taciturne pour vérifier ces dires. Il découvre alors une vie simple débarrassée du superflu, où le silence a plus de valeur que la parole, où le respect de la nature s’impose comme une évidence et non comme une posture, où les gestes immémoriaux sont répétés à l’envi. Cette existence minimaliste, spirituelle, s’inscrit au cœur même du village. Vieux et jeunes s’entraident au quotidien, vouant un respect empreint d’affection au vieux patriarche. Dans un style aussi dépouillé que la vie du Félice, Fabio Andina ralentit le rythme et livre le récit sublime et sensible d’existences aux antipodes du consumérisme au sein d’une nature souveraine.
In "Rando Passion" N°60 Juillet 2021

Roman

Sabine Wespieser Éditeur

18,00
30 avril 2021

Un père, un fils. Dans une complainte adressée à son épouse disparue, le père, incarcéré, retrace avec nostalgie son enfance chez les Bédouins, miséreux mais riches de cette liberté inconnue des sédentaires. Il concède amèrement qu’il a menti sur ses origines pour la conquérir, elle qui n’aspirait qu’à l’opulence, et que leur amour ne pouvait survivre à cette profonde dissonance. Faisant écho à ses regrets, le fils, recueilli par des amis sans le sou, dépeint, dans un touchant récit, sa vie dans la rue, les copains, les chapardages, le guet devant la prison, la maison où vit sa sœur, le cimetière où gît sa mère. Leurs deux voix alternées vont ainsi dévoiler, au gré de l’histoire familiale, le drame qui les a tous séparés. Beyrouk, auteur mauritanien, signe un texte d’une extrême sensibilité et révèle, à travers ces portraits de déshérités, un abîme profond entre le monde contemporain et l’existence sobre mais libre des nomades du désert.

30 avril 2021

Marcus et Rose s’aiment d’un amour délicieusement suranné, exalté par le tango qu’ils pratiquent avec ardeur et qui suffit à leur bonheur, chacun assumant pleinement son rôle respectif d’homme et de femme. Jusqu’au jour où Rose ressent le désir irrépressible de porter un enfant. Mais tandis que son ventre reste désespérément plat, celui de Marcus s’arrondit discrètement. «°Couvade !°», assène le médecin. Pourtant, le verdict tombe, indiscutable et renversant : Marcus est enceint. Derrière la fable et la cocasserie, les questions et les peurs engendrées par une telle situation, se cache une véritable réflexion philosophique sur le genre et les fonctions immuables dévolues depuis la nuit des temps à l’homme et à la femme. Raphaël Alix inverse admirablement les genres et rebat les cartes du masculin-féminin. Il interroge le rôle assigné à chacun par les autres, bouscule les codes de la virilité et, subtilement, met au monde une nouvelle parentalité.

In "Page numéro de printemps 2021"