Les émotions

Les émotions

Jean-Philippe Toussaint

Les Éditions de Minuit

  • par (Libraire)
    12 novembre 2020

    Ironie légère, désarmante sincérité

    Jean-Philippe Toussaint a l'art de nous saisir là où on ne l'attend pas. Dans « La clé USB », son précédent roman, il nous prenait à la gorge dans les quarante dernières pages d'un livre aux fausses allures de roman d'espionnage, en mettant à nu le désarroi et la douleur de son narrateur, surpris par la mort brutale de son père. On retrouve ici le même narrateur que celui de « La clé USB », Jean Detrez, haut fonctionnaire à la Commission européenne. L'intrigue est plus ténue (encore qu'elle nous fasse entrer avec force détails dans les arcanes du fonctionnement de la technocratie bruxelloise), la composition est plus ample (trois grandes parties que l'auteur préfère qualifier de mouvements, comme dans une œuvre musicale), mais le principe est le même : derrière l'allure détachée d'un récit volontairement factuel (mais qui réserve aussi de beaux moments de suspense et d'étrangeté), nous faire toucher à ce qu'il y a de plus intime en nous, les émotions souvent contradictoires qui nous habitent. Jean-Philippe Toussaint le fait avec la délicatesse que réclament ces émotions privées (« une des plus belles choses dont nous disposions » dit-il), grâce à cette écriture qui est sa marque de fabrique, où se mêlent ironie légère et désarmante sincérité.

    Jean-Luc


  • par
    22 octobre 2020

    Jean Detrez travaille à la Commission européenne à la prospective. Fils de commissaire européen, petit-fils d'architecte, il appartient à ce que l'on peut nommer l'élite. Travailler à la prospective, c'est échafauder des lendemains possibles, absolument pas faire de la divination. Jean Detrez est un professionnel consciencieux et averti, il s'est rendu compte que l'avenir public qu'il envisage est très loin de l'avenir privé. Lorsque le premier est une discipline scientifique, le second relève de la voyance et c'est sur ce dernier qu'il est temps pour lui de s'arrêter un moment.

    Je me suis aidé de la quatrième de couverture pour ce rapide et succinct résumé, les livres de Jean-Philippe Toussaint me posent toujours un souci pour dire en quelques courtes lignes ce qu'ils contiennent et tout le bien qu'ils font. Les Émotions est le deuxième roman d'un nouveau cycle romanesque entamé avec La Clé USB (relu en diagonale dans un aller Nantes-Paris, tandis que Les Émotions fut très largement entamé sur le retour). Dans le premier la part belle était faite à la profession de Jean Detrez au détriment de sa vie privée. Cette fois-ci, JP Toussaint laisse davantage de place à la vie personnelle, aux désirs, amours, séparations, questionnements de son héros. Confronté à une séparation douloureuse d'avec sa seconde épouse et au décès de son père, Jean Detrez n'est pas au mieux. La période n'est pas non plus propice à la liesse, puisque nous entrons, selon lui, dans un monde populiste, un monde où chacun doute de tout et des autres et se défie des gouvernants.

    La chose qui surprend -qui m'avait déjà surpris dans le roman précédent et également dans le cycle romanesque précédent consacré à Marie-, c'est que tous les personnages de JP Toussaint sont des élites, des gens qui vivent très bien, voyagent aisément sans se poser de questions, œuvrent aux prises de décisions en haut lieu et, pour Jean Detrez, travaillent à la Commission européenne, ce qui fait quand même un peu double peine pour intéresser un lectorat assez large. Et c'est une gageure que l'auteur dépasse aisément. Si l'on peut se sentir éloigné de son personnage principal, on peut aussi ressentir les mêmes doutes et questionnements.

    La grâce de l'écriture, l'élégance, même dans les situations les plus triviales parviennent à nous passionner pour les vies des plus favorisés et également pour le travail de la Commission européenne, qui est souvent représentée comme le repaire des eurocrates et bureaucrates les plus purs, ceux très éloignés de nos vies quotidiennes. JP Toussaint montre le contraire et l'on pourrait se fendre d'une envie d'en connaître davantage sur cette Commission et sur l'Europe en général. Un autre écrivain écrirait sur les mêmes thèmes avec les mêmes personnages, que je n'ouvrirais sans doute pas son livre, mais JP Toussaint c'est pas pareil...


  • 29 septembre 2020

    En trois tableaux saisissants, on comprend à quel point les émotions peuvent être politiques... Renversant ! - Guillaume -