Bénédicte G.

De parcourir le monde et d'y rôder
par (Libraire)
25 novembre 2020

Voici le point de départ de cet audacieux roman intégralement déroutant : la trouvaille fortuite, sur un trottoir, d'une "chose", tenant dans la main, non identifiée voire non identifiable, "chose" qui sera au cœur de toutes les attentions et de tous les questionnements de son dénicheur. Notre narrateur est un bien étrange personnage, à n'en pas douter un être extrasensible et gravement perturbé : vaguement simplet, un brin naïf, peut-être surdoué, totalement névrosé, terriblement attachant, et qui s'avère être un véritable tombeur en de très cocasses occasions !

" De parcourir le monde et d'y rôder" nous invite à la dérive entre voyage initiatique et conte philosophico-psychédélique, dans un monde actuel, notre monde, bien en chair et en chaos, où l'angoisse cède la place à l'absurde, et où au gré de rencontres improbables, sont renouvelés des errances, des espoirs, des désertions.
Et si nous partions du principe qu'à une situation donnée nous allions exactement à l'encontre des règles et de la morale établies? Avec les mots, tout est permis. Quel bonheur de suivre ce personnage, qui semble avoir encore la déraison de s'émerveiller de tout, tout en apprenant à réciter la sacro-sainte trinité échec, déception, profit.

Et je n'ai pas encore parlé de ce style, de ce phrasé, d'une maîtrise diabolique, d'une folie sidérale et sidérante souvent très drôle, parfois amer...Non sérieusement, lisez, rendez-vous compte par vous-même, osez l'expérience, succombez. Quel homme malicieux se cache donc sous toute cette folie, sous ce génie doux-dingue à l'imagination délicieusement délurée ?

Trencadis

Quidam Édition

22,00
par (Libraire)
13 novembre 2020

Une biographie, oui, romancée, certes, un destin exceptionnel une confession encore deux fois oui, mais aussi une histoire d'amour, une tragédie grecque, une ôde à la féminité, des monstres cachés sous le lit, une montagne de folie...
Bref, ce récit, c'est du lourd.
Ne vous y aventurez pas les mains dans les poches, à un moment il vous faudra bien sortir les mouchoirs, feuilleter quelques catalogues d'exposition et refaire la déco pour mettre un peu plus de couleurs dans votre intérieur.
Niki de Saint Phalle ou l'art comme réponse à la fadeur, de la rondeur voluptueuse pour rassurer les angles, des gerbes de couleur pour cautériser la douleur, de la poésie pour abuser la violence.

" J'ai eu de la chance de rencontrer l'art parce que j'avais, sur le plan psychologique, tout ce qu'il faut pour devenir une terroriste."

"Trencadis" est un livre à l'écriture magique, inspirant et inspiré, qui fourmille de trouvailles littéraires et d'une créativité dégoulinante pour dire le choix d'une vie, l'orientation d'un destin qui excluait maternité et vie domestique, bien trop castratrices pour cet esprit en ébullition.
L'occasion de raconter ces femmes qui ont plus d'un compte à règler avec les hommes, raconter ces femmes qui ne peuvent pas se passer des hommes, raconter parfois cette complicité enivrante, dénoncer des abus, rhabiller des désillusions. Raconter la vie malgré tout, à condition que, sans aucun tabou.
Un texte d'une beauté bouleversante qui vous fera découvrir les mille facettes d'une femme pétrie de fureur et de joie...

L'anomalie
20,00
par (Libraire)
29 octobre 2020

Avec ce roman, Hervé Le Tellier refait le monde!

"L'Anomalie" est un livre original, une fiction étonnante et un peu inclassable, qui jongle avec malice et virtuosité entre récit d'anticipation, enquête scientifique, thriller et réflexion philosophique. Dans la première partie se déploient en éventail des fragments de vie d'une poignée de personnages, tous reliés par un même événement : tous étaient (seront) présents dans le même vol Paris-New-York le 10 mars 2021, vol qui a subi un épisode de turbulences hors du commun...

Ces présentations faites, l'infernale machine Le Tellière peut s'enclencher...

"L'Anomalie" nous entraîne dans un jeu de pistes de réflexions toutes plus vertigineuses les unes que les autres, déroulées sur un tapis narratif captivant et érudit, très bien écrit et souvent très drôle. Un audacieux défi littéraire tout à fait réussi !

Paula ou personne

Lapeyre, Patrick

P.O.L.

22,00
par (Libraire)
7 octobre 2020

Paula est une femme qui attire les regards, est mariée, habite les beaux quartiers parisiens, et enseigne dans une institution privée.
Cosmo n'a physiquement rien du jeune premier, est célibataire, vit chichement de son salaire de trieur postal et philosophe à ses heures perdues.
Ils n'étaient pas faits pour se rencontrer mais le hasard prend parfois des aises et l'éducation du petit Cupidon laisse à désirer. "Paula ou personne" est une histoire d'amour qui ne s'embarrasse ni de préjugés ni de raison, Paula et Cosmo ce n'est pas l'amour pour la vie promis juré jusqu'à la mort craché mais du bonheur en instantané, peu importent les attaches conjugales, sociales ou spirituelles.
Bien qu'on ne s'y ennuie jamais, il ne se passe pas grand-chose au long de ces 400 pages, rythmées par des rendez-vous clandestins, quelques escapades extra-parisiennes et du bonheur en torrent, mais où nos deux coeurs fugitifs et épris trouveront bien l'apogée sentimentale.

Ce très beau texte, d'une fluidité évidente et d'une renversante maîtrise, vous obligera à déballer toute une palette de sentiments allant du rire aux larmes. "Paula ou personne" est un roman lumineux, attachant et bouleversant, l'histoire d'une échappée.

Le cœur synthétique
par (Libraire)
21 septembre 2020

Lire "Le coeur synthétique", c'est accepter de se frayer un chemin du côté de chacune de nos solitudes.

Adélaïde, 46 ans, sans enfant, vient de se séparer de celui qui était son compagnon depuis neuf ans. Elle est persuadée de se "recaser" très vite et se jette à corps perdu sur le marché de l'amour, histoire de ne pas laisser un quelconque vide s'installer. Alors elle va tenter de forcer le destin et de réécrire sa propre vie, jusqu'à l'obsession.

"Le coeur synthétique" est un récit drôle et tendre, amer et douloureux, d'une plume mordante et désenchantée qui fait chavirer vos cinq sens et vous fouille les entrailles pour aller appuyer là où c'est à vif, là où ça fait mal. Certaines phrases vous coulent et vous roulent dans la gorge avec une irritante évidence, un texte si beau qu'on en perdrait le Nord !

Mme Delaume, votre écriture sublime et hypersensible m'a profondément chamboulée et me fait toujours écho plusieurs jours après la dernière page du livre tournée.

Un roman qui me marque en tant que lectrice et en tant que femme.